Tag Archives: épargne

Assurance-vie : rédiger une clause bénéficiaire adaptée et modulable 2/2

Après avoir introduit la clause bénéficiaire dans l’article précédant, abordons maintenant les droits de successions et les différentes clauses existantes.

Cliquez ici pour retrouver la première partie de l’article.

Assurance-vie favorable

Le régime fiscal de l’assurance-vie peut être plus favorable que celui des droits des successions en fonction notamment des personnes que l’on souhaite gratifier.

Il s’agit essentiellement des cas où l’on est en présence de personnes avec qui on a aucun lien de parenté (concubin, ami…) ou des parents éloignés (cousins…). Dans ces cas, les droits de successions s’élèvent à 60 % (avec un abattement de 1 594 €). La fiscalité est également très importante quand on est en présence de frère ou sœur (45 % au-delà de 24 430 €) ou de neveux et nièces (55 %).

A côté de cette imposition quasi confiscatoire, l’assurance-vie peut apparaître comme un relatif « paradis fiscal ».

Tout d’abord, certains contrats souscrits avant le 20 novembre 1991 sont totalement exonérés et ce quel que soit le bénéficiaire et les montants transmis. Il en va de même pour les contrats souscrits avant le 13 octobre 1998 à condition que la prime ait été versé avant cette date et avant les 70 ans de l’assuré.

Continuer la lecture

(Article vu 40 fois, 12 visites aujourd'hui)
Share

Assurance-vie : rédiger une clause bénéficiaire adaptée et modulable 1/2

L’objet de cet article est de donner des pistes de réflexion pour modifier sa clause bénéficiaire et pour en rédiger une plus adaptée, même si l’aide d’un professionnel de la gestion de patrimoine peut être certainement utile pour affiner la rédaction et la stratégie. Dans tous les cas, la rédaction de la clause bénéficiaire doit s’inscrire dans le cadre d’une réflexion globale sur le règlement de la future succession du souscripteur.

L’épargne des français investie par l’intermédiaire de contrat d’assurance-vie représente près de 1 700 milliards d’euros, soit 30 % du patrimoine financier des ménages.

Ce succès s’explique parce que l’assurance-vie cumule des avantages : épargne disponible à tout moment grâce à la faculté de rachat qui permet de récupérer son épargne en cas de besoin (pour la retraite notamment), et outil de transmission en cas de décès puisque l’épargne accumulée au sein du contrat revient à un ou plusieurs bénéficiaires déterminés par la clause bénéficiaire ; le tout dans le cadre d’une fiscalité privilégiée tant en terme d’impôt sur le revenu que de droits de succession.

Continuer la lecture

(Article vu 34 fois, 4 visites aujourd'hui)
Share

Mon cher conseil : quels acteurs métiers pour quels besoins ? (2/2)

Après avoir traité, parmi les différents acteurs qui peuvent aider à la gestion de son épargne, des distributeurs d’un fabricant de produits et services, abordons maintenant la partie sur les mandataires et les courtiers.

Cliquez ici pour retrouver la première partie de l’article. 

Mandataire de son client

Le courtier va préalablement vous conseiller – ce qui peut d’ailleurs être sa seule mission – et il peut ensuite chercher « pour vous » des solutions ou des produits sur le marché. Il peut être spécialisé dans un domaine – assurance, crédit… – ou être généraliste. On parle alors de courtier conseil en gestion de patrimoine ou CGP. A noter que les CGP salariés d’institutionnels restent des distributeurs de produits et de services, et non des courtiers.

Si le terme de CGP ne désigne pas un statut juridique défini par la réglementation, il est d’usage de caractériser le courtier conseil en gestion de patrimoine comme ayant des compétences dans 4 domaines légaux : finance, banque, assurance et immobilier/foncier. Il devra dans ce cas être CIF (Conseil en Investissement Financier), COBSP (Courtier en Opérations de Banque et Service de Paiement) et courtier en Assurance et souvent, il disposera de la carte d’agent immobilier (non nécessaire s’il n’intermédie pas, mais conseille seulement). Ces agréments sont souvent assortis de la Compétence Juridique Appropriée.

Continuer la lecture

(Article vu 37 fois, 2 visites aujourd'hui)
Share

Mon cher conseil : quels acteurs métiers pour quels besoins ? (1/2)

Quand pendant plusieurs mois vous avez – à marche forcée, pour cause de covid ? – plus épargné que de coutume, la question de la bonne utilisation de votre argent se fait encore plus prégnante.

 

 

Les différents acteurs métiers pour vous aider

L’idée ici n’est pas de vous conseiller telle ou telle solution d’épargne ou d’investissement, mais de vous proposer un parangonnage des différents acteurs métiers qui pourrait vous y aider, selon vos attentes.

En effet, l’important à garder à l’esprit est le rôle que chacun peut endosser, et qui relève de la nature même de son statut. Vous les connaissez déjà, au moins de nom : les agents liés ou les salariés des compagnies d’assurance, les salariés des banques et établissements financiers, et les courtiers. La différence fondamentale entre les deux premiers et le troisième consiste en ce que ce dernier est en droit (un courtier/conseil, mandataire du client), quand les autres sont distributeurs d’un fabriquant de produits et de services.

Continuer la lecture

(Article vu 37 fois, 3 visites aujourd'hui)
Share

La finance alternative ou le financement alternatif

Alors qu’il y a à peine 5 ans d’aucuns pensaient la finance alternative comme acteur négligeable de la finance et donc de l’épargne, nous constatons aujourd’hui un engouement mondial – qui ne se dément pas – pour ces nouvelles classes d’actifs qu’elle fournit et pour les nouvelles technologies associées (notamment la blockchain).

Continuer la lecture

(Article vu 138 fois, 40 visites aujourd'hui)
Share

Historique et perspectives de l’immobilier de défiscalisation (2/2)

Cliquez ici pour retrouver la première partie de l’article. 

Remise en perspective

La toute première mesure incitative soutenant l’investissement immobilier date du 31 décembre 1913 ! A l’origine instaurée pour faire face au besoin urgent de sauvegarder le patrimoine religieux mobilier et immobilier, cette loi – qui reprend également les dispositions éparses existant jusqu’alors – demeure le socle fondamental de notre législation en matière de protection des Monuments Historiques.

Continuer la lecture

(Article vu 54 fois, 1 visites aujourd'hui)
Share

Optimiser son passage à la retraite (1/2)

Le confinement a amené de nombreux cadres seniors à redéfinir leurs priorités et à envisager maintenant de partir à la retraite. Mais il y a de multiples manières de le faire, certaines peu connues, et qui peuvent permettre d’atteindre différents objectifs. Comment réussir ce moment essentiel de réinvention de son parcours de vie ? Un passage délicat mais passionnant. Tour d’horizon…

Cinq voies pour atteindre vos objectifs

De nombreuses possibilités pour partir en retraite s’offrent, qui répondent à la diversité des objectifs généralement exprimés par les cadres seniors.

Vous voulez réduire doucement votre activité et transmettre vos compétences :

La retraite progressive permet de réduire votre activité dès 60 ans. Et vous percevez votre future pension à due proportion du temps de travail réduit. Pour les cadres au forfait jours, cela suppose une adaptation du contrat de travail.

Vous voulez partir vite et simplement :

Vous avez l’âge et les trimestres requis pour liquider votre retraite, à taux plein ou avec décote ? Optez pour le départ volontaire à la retraite. Un courrier suffit, sans justification. Mais l’indemnisation attachée est faible et lourdement chargée.

Vous voulez travailler le plus longtemps possible :

Il vous suffit d’attendre que votre employeur vous mette à la retraite d’office. Il ne peut le faire qu’à vos 70 ans, donnée essentielle qui ouvre l’espace de la négociation.

Après votre départ en retraite, vous voulez continuer à travailler :

Les cadres recourent souvent au cumul emploi – retraite, certains négocient même avec leur entreprise la poursuite de leur collaboration dans le cadre d’un contrat de prestations.

Vous souhaitez optimiser votre futur pouvoir d’achat en valorisant votre parcours :

Quand le contexte le justifie, vous pouvez négocier avec votre employeur une séparation amiable à des conditions favorables. Elles peuvent parfois compenser l’inévitable baisse de pouvoir d’achat une fois à la retraite.

Des indemnités dans un rapport de 1 à 8

Ces différentes options présentent d’importantes différences qui peuvent influencer vos choix.

L’accès à la retraite : passer ou non par la case chômage :

Par le départ volontaire et la mise à la retraite, vous pouvez liquider directement votre retraite, que ce soit à taux plein ou avec décote. A l’inverse, un licenciement transactionnel vous permet de bénéficier des allocations chômage jusqu’à votre âge de retraite à taux plein (sans limite de durée), tout en continuant d’acquérir trimestres et points.

Les indemnités de rupture du CDI sont donc complexes. Mais cette complexité même peut constituer un atout pour optimiser son départ de l’entreprise.

Par Bertrand Reynaud

(Article vu 80 fois, 8 visites aujourd'hui)
Share

Études, mariage, retraite : gérer son patrimoine aux différentes étapes de sa vie

Les différents temps forts qui composent une vie ne sont pas sans conséquences sur la gestion du patrimoine. Retour sur les conseils de nos experts qui vous ont éclairés ces derniers mois sur les options qui existent et les modalités à connaître avant de prendre une décision, que vous soyez étudiant, marié ou retraité.  Continuer la lecture

(Article vu 165 fois, 3 visites aujourd'hui)
Share

Pourquoi investir sur les marchés financiers ?

Les actifs sans risques, qui permettaient par le passé de placer ses avoirs et de gagner quand même de l’argent sont aujourd’hui peu rémunérateurs :

  • Livret A, LDD : 0.50%
  • Fonds en euros : 1,5%
  • PEL : 1%

L’investisseur qui souhaite que son argent produise des intérêts supplémentaires doit donc aller chercher du dynamisme dans ses placements. La question en revanche se pose de savoir comment faire pour améliorer ses performances car pour la plupart des investisseurs particuliers, investir dans les marchés financiers relève d’un cheminement complexe. Continuer la lecture

(Article vu 191 fois, 18 visites aujourd'hui)
Share

Les Français épargnent plus que la moyenne des autres Européens

Avec une part d’épargne correspondant à plus de 14% de leur revenu disponible brut mise de côté, les Français se positionnent dans le peloton de tête des « champions européens de l’épargne ». Les Luxembourgeois et les Allemands caracolent en tête avec respectivement 22% et 18 %. À titre de comparaison, la moyenne de la zone euro n’est que de 12,4 %. Continuer la lecture

(Article vu 123 fois, 1 visites aujourd'hui)
Share

Ce que change la loi Pacte pour les entrepreneurs

La loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) touche de nombreux thèmes dont le dénominateur commun est l’entreprise. Simplifier, assouplir, supprimer : tels sont les termes mis en avant pour caractériser ses conséquences sur les formalités incombant aux sociétés. La vie de celles-ci va s’en trouver facilité et améliorée, dès leur création et tout au long de leur activité.

Les démarches sont regroupées, ce qui génère un allégement des procédures. Un guichet informatisé centralise les formalités à accomplir par l’entrepreneur, et devient ainsi l’unique interface en la matière. Continuer la lecture

(Article vu 59 fois, 1 visites aujourd'hui)
Share

Le Livret A, plus de 200 ans d’histoire et de succès

Dans le domaine des placements à court terme, le Livret A est sans aucun doute un phénomène : 55 millions de livrets ouverts, 10,08 milliards d’euros de collecte sur l’année 2018, 263,5 milliards d’encours à la fin 2018. Et ce, alors même que sa rémunération nette se situe à 0,75 %, son plus bas niveau historique.

Continuer la lecture

(Article vu 109 fois, 1 visites aujourd'hui)
Share

Les Éditions Arnaud Franel à la 25e Convention Patrimonia 2018

Les Éditions Arnaud Franel étaient présentes à la Convention Patrimonia qui se tenait les 27 et 28 septembre 2018 au Centre de Congrès de Lyon.

Comme chaque année, la Convention Patrimonia a permis aux professionnels du patrimoine de se rencontrer et d’échanger autour de leurs problématiques communes, dans un contexte politique marqué par les nouvelles orientations du projet de loi PACTE présenté en juin dernier. Continuer la lecture

(Article vu 70 fois, 6 visites aujourd'hui)
Share

La loi PACTE et le plafonnement des frais sur les PEA

Le projet de loi PACTE contient de nombreuses dispositions relatives au PEA visant à renforcer cette formidable enveloppe fiscale (voir notamment mon dernier billet ici ).

Pour mémoire, le Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises consiste à faire en sorte que l’épargne s’oriente plus amplement vers l’économie via des mesures axées sur l’aide aux PME-ETI. Continuer la lecture

(Article vu 576 fois, 2 visites aujourd'hui)
Share

Loi PACTE, épargne retraite et assurance-vie : ce qui va changer

La loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) partage la même ambition que la dernière Loi de finances. Il s’agit de faire en sorte que l’épargne s’oriente plus amplement vers l’économie. Ces mesures sont axées sur l’aide aux PME-ETI françaises pour qu’elles grandissent en taille, tout en associant les salariés aux résultats. Continuer la lecture

(Article vu 398 fois, 1 visites aujourd'hui)
Share

Retourner à l'accueil
ou effectuer une recherche :