Spécial Européennes 2019

À quelques jours des élections européennes, nous vous proposons exceptionnellement un article de synthèse sur l’Europe à partir des publications de nos auteurs.

Sources : ID Reflex’ Union européenne / European Union ; ID Reflex’ Fondamentaux de l’économie ; Alerte au tsunami monétaire ; Monnaies cryptées et blockchain ; Tout savoir – ou presque – sur la face cachée de l’euro

Qu’est-ce que le Parlement européen ?

Le Parlement européen, organe politique, budgétaire et législatif, est la seule institution de l’UE élue au suffrage universel direct, à la proportionnelle ; il se compose de 751 députés élus pour 5 ans, dont 74 par les Français (soit 10 %). Il est doté d’un Président, élu par les députés pour deux ans et demi, d’un Bureau, d’un Secrétariat Général, et d’une administration. Les députés se réunissent au sein de 20 commissions de travail (Agriculture, Affaires étrangères, Budget…).

Il n’a pas l’initiative des lois mais il débat et vote, généralement en codécision avec le Conseil des ministres de l’UE, sur la plupart des propositions législatives et sur l’avant-projet de budget de la Commission. Il dispose de pouvoirs d’investiture et de contrôle de la Commission européenne qu’il peut interpeller voire censurer. Pour l’adhésion à l’UE de nouveaux États et l’adoption de certains traités, le Parlement a un droit de veto : c’est la procédure d’avis conforme.

Contexte général

À l’issue du Brexit, une fracture se dessine entre les pays de l’Europe occidentale et ceux de l’Europe orientale sur la question de la concurrence interne des travailleurs. S’y ajoute une fracture entre l’Allemagne que ses bas salaires rend plus compétitive et la France qui a renoncé à la possibilité de dévaluer en contrecoup depuis l’adoption de l’euro. Rester dans le statu quo avec la poursuite de l’austérité et le ralentissement de l’activité économique ou concrétiser cette fracture franco-allemande est-ce une alternative indépassable ?

Plus généralement, l’une des principales sources de tensions en Europe actuellement est le chômage de masse et la paupérisation croissante de pans entiers de la population, dus au développement du libre-échange à l’échelle mondiale qui a provoqué la délocalisation de la production vers les pays émergents disposant d’une main d’œuvre abondante et bon marché. De plus, les fruits de la croissance économique sont de moins en moins bien répartis dans le monde : les inégalités de revenus culminent dans de nombreux pays et la concentration des richesses atteint un niveau rarement observé.

Les politiques économiques en question

Or, les politiques économiques adoptées ces dernières années perdent en efficacité : elles sont mal adaptées au contexte de mondialisation des échanges, elles engendrent une augmentation préoccupante de l’endettement mondial et se traduisent par un excès de régulation et un alourdissement de la fiscalité qui nuisent à la création de richesse.

En 10 ans, la quantité de monnaie a par ailleurs été multipliée par 4 dans le monde. Cela a permis d’éviter une déflagration économique sans précédent, mais les banques centrales sont maintenant piégées par l’addiction des acteurs de l’économie mondiale à la liquidité. Elles aimeraient sortir des politiques non conventionnelles dans lesquelles elles se sont enfermées, mais ne veulent à aucun prix prendre des mesures susceptibles de fragiliser le système financier convalescent.

Ces dernières années, les banques centrales se sont vues contraintes de suivre des orientations contraires aux objectifs qu’elles poursuivent : la séparation du pouvoir monétaire et du pouvoir budgétaire, donc politique, était un acquis de l’histoire économique, sa remise en cause, même ponctuelle, crée un précédent aux conséquences potentiellement explosives.

Quels modèles pour l’économie de demain ?

Le temps des partisans des monnaies cryptées, qui déplorent l’usage que les gouvernements ont fait de la monnaie, serait-il proche ? Les systèmes monétaires qui ne sont pas adaptés aux besoins de ceux qu’ils sont censés servir ont toujours fini par succomber au profit de systèmes plus performants. Les monnaies cryptées continueront-elles à se multiplier, mettant à mal l’argument de la monnaie unique ? La blockchain sera-t-elle l’ossature de la société de demain ?

Last but not least, la croissance de la démographie mondiale et de l’activité économique entraîne une détérioration de notre environnement et un tarissement accéléré des richesses naturelles : de nouveaux modèles de croissance restent à inventer.

Concrètement, comment voter dimanche :

Les Éditions Arnaud Franel

En savoir plus :

ID Reflex’ Union européenne / European Union d’Arnaud Pinon

ID Reflex’ Fondamentaux de l’économie d’Éric Bourguignon

Alerte au tsunami monétaire d’Éric Bourguignon

Monnaies cryptées et blockchain de Pascal Ordonneau

Tout savoir – ou presque – sur la face cachée de l’euro de Bruno Moschetto

(Article vu 33 fois, 1 visites aujourd'hui)
Share

A propos de l'Auteur :

Got Something To Say:

Votre adresse eMail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*