Comment profiter de la hausse des matières premières ?

Comment profiter de la hausse des matières premières (ou commodities) ?

L’offensive russe en Ukraine a fait flamber, ces derniers mois, l’ensemble des matières premières. Cette crise a une fois encore démontré, si besoin était, l’enjeu qu’elles représentent sur l’échiquier mondial. Dans cet article, vous découvrirez comment investir avec profit dans ce contexte incertain.

Les matières premières sous tension

Le sous-sol ukrainien, riche en gisements fossiles (gaz, gaz de schiste, pétrole, charbon) mais aussi en ressources minières stratégiques (fer, graphite, manganèse, titane, lithium, cuivre, cobalt) et en terres rares, est un enjeu à part entière dans ce conflit.

Par effet de bord, les matières premières dites « critiques » (zirconium, scandium, molybdène, etc.) sont également sous tension.

Les marchés mondiaux des matières premières agricoles ne sont pas en reste et ont également connu de fortes perturbations du côté des produits agricoles (blé, mais), et des engrais (potasse notamment).

POUR ALLER PLUS LOIN :
Matières premières et énergie

L’intérêt d’investir dans les matières premières

Pour les investisseurs qui le souhaitent, il est tout à fait possible d’investir dans différents supports qui permettent de profiter des variations du marché des matières premières.

En effet, les investissements dans les matières premières offrent aux investisseurs deux avantages majeurs :

  1. une protection efficace contre l’inflation,
  2. une décorrélation naturelle avec les autres classes d’actifs ; les matières premières font partie des actifs qui sont corrélés négativement avec les autres classes d’actifs.

Elles sont également un excellent moyen pour diversifier les actifs en portefeuille.

On peut ainsi citer, parmi les principaux groupes de matières premières :

  • les produits liés à l’énergie (pétrole, gaz et dérivés…),
  • les produits agricoles (blé, café, maïs, sucre, jus d’orange…),
  • les métaux et minerais (aluminium, argent, cuivre, nickel, platine, plomb, zinc…).

POUR ALLER PLUS LOIN :
Matières premières et énergie

Les différents moyens d’investir dans les matières premières

Prenons l’exemple de l’énergie : il est tout à fait possible d’acheter des titres de pétroliers (Total Energie), ou des titres d’entreprises parapétrolières (Maurel & Prom). Idem avec les produits agricoles et les industries d’extraction de métaux.

A propos de métaux, le cas de l’or est particulier. Je recommande pour ma part l’or physique (once, lingot) et ses nombreuses pièces (dérivées par pays ou non) plutôt que les mines d’or.

Une alternative aux titres en direct est celle des ETF. Plusieurs émetteurs (que ce soit IShares, Lyxor, HSBC, ou d’autres) ont créé des ETF sur la thématique des commodities. Il faut toutefois faire attention à trouver des ETF à réplication physique (et non synthétique).

Plus spéculatifs, certains CFD (« Contract For Difference » ou “Contrat Sur la Différence”), permettent également de travailler sur la volatilité des matières premières.  Plus d’une centaine de supports (allant du pétrole au cacao) existent.

Enfin, si l’on voit à plus long terme, il est également possible de trouver quelques OPCVM (organismes de placement collectif en valeurs mobilières) sur cette thématique.

Cet article n’est qu’une information et en aucun cas un conseil en investissement.

Par Charles-Alexandre Houillon
Ouvrages de Charles-Alexandre Houillon aux éditions Arnaud Franel :
Matières Premières et énergie

(Article vu 34 fois, 7 visites aujourd'hui)
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles-Alexandre Houillon

Livres de l'auteur

Loading RSS Feed
Tous ses livres