Thaler ou Dollar : Quand Marie-Thérèse faillit tout faire basculer

C’est une de ces drôles d’histoires comme seule l’histoire des monnaies est capable d’en inventer. Résumons : le mot dollar a une origine. Tous les noms de monnaies ont des origines connues, attestées et sérieuses.

 

 

Par exemple, la livre ou libra : vous avez entendu parler récemment de la Libra de Facebook, cette monnaie cryptée qui devait s’imposer au monde et faire pièce au Crypto-yuan (ou au Renmibi digital, comme vous préférez). Son nom, on a envie de dire, son titre, vient tout simplement de l’antiquité romaine : 2500 ans d’existence ! Le mot lui-même, initialement « libra » et devenu par la suite « livre », a servi et sert encore à dénommer de nombreuses monnaies de par le monde.

Alors, puisque toutes les monnaies ont un nom qui vient de quelque part, d’où le Dollar vient-il ?

Réponse : il vient d’Autriche. Non, vous n’hallucinez pas. Dollar est un mot autrichien qui a été quelque peu malmené et déformé. A l’origine, fut le Thaler. Thaler, Dollar, admettez que l’un n’est pas très loin de l’autre sur le plan phonétique. Mais cela ne suffit pas pour expliquer pourquoi Thaler est devenu Dollar.

La monnaie par excellence

Sous le règne de Marie-Thérèse d’Autriche, une réforme monétaire est mise en œuvre qui, parmi ses moments forts, fait la part belle à la frappe d’une monnaie singulière, le Thaler, à partir de 1741. Ce nom lui-même vient de la localisation de très riches mines d’argent en Bohème (la Tchéquie d’aujourd’hui). A partir de cette découverte, une monnaie de qualité et de titre exceptionnel a été émise. Si exceptionnelle que, après la disparition de Marie-Thérèse d’Autriche en 1780, cette monnaie continuera à être émise au nom de la souveraine. La qualité de la pièce, la gravure exceptionnelle ainsi que la pureté du métal porté au plus haut niveau métallurgique en feront une référence monétaire mondiale. Le Thaler était en quelque sorte la monnaie « par excellence ».

Or, les Etats-Unis, étaient en passe de devenir très germanique : après 1854 les Allemands y formèrent le plus important groupe d’immigrés jusqu’en 1891. De 1881 à 1890, 1 400 000 Allemands entrent aux États-Unis, soit un tiers de l’immigration totale européenne. 80 % d’entre eux s’établissent dans le quart Nord-Est des États-Unis. En 1900, les Allemands constituaient le groupe le plus important d’étrangers dans les États de Californie, Wisconsin, Kansas, Missouri, New Jersey, New York et 20 autres États. Seuls les Irlandais les dépassaient en nombre à Boston et Philadelphie.

Les Etats-Unis, un Etat Allemand ?

Pas loin puisque l’Allemand était enseigné dans nombre d’Etats en tant que langue officielle ! On comprend sans trop de difficulté comment le Thaler ait pu être une référence subliminale d’immigrés allemands. On comprend le sens de la fameuse déformation. D’autres sources ont aussi joué leurs rôles et, en particulier, les monnaies espagnoles, qui couraient sur les territoires américains de l’Espagne, la Floride en particulier. Elles-mêmes se référaient au Thaler sous la dénomination du Joachim Thaler. Cette monnaie, vue du côté des anglo-saxons américains, étaient surnommée « spanish dollar ».

Compliqué ? Pas trop, si ce n’est que le nombre de pays qui ont adopté le dollar comme nom de leur monnaie est impressionnant.

Et le Franc ? Celui-ci a fait très fort après la seconde guerre mondiale : on s’attarde sur quelques aspects originaux du Franc, celui d’avant l’Euro, dans mon livre : « la Monnaie entre humour et simplicité » au chapitre 23.

 

Par Pascal Ordonneau

Photo de M. Pascal Ordonneau

Ouvrages de Pascal Ordonneau aux éditions Arnaud Franel :
La monnaie entre simplicité et humour
Monnaies cryptées et blockchain
Des monnaies cryptées aux ICO

(Article vu 14 fois, 3 visites aujourd'hui)
Share

A propos de l'Auteur :
Pascal Ordonneau, banquier, a été DG et PDG de banques françaises, anglaises et américaines. Il est SG de l’Association « Iconomy ». Auteur d’une dizaine d’ouvrages parmi lesquels cinq livres d’économie et de finance, il est chroniqueur aux Échos, au Huffington Post et conférencier (monnaies cryptées et Allemagne).

Got Something To Say:

Votre adresse eMail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*