Pourquoi pas un investissement forestier ?

foretQui n’a pas eu envie de ce type d’investissement qui fleure bon le retour à la terre, le retour aux sources. Le rêve de devenir propriétaire terrien d’une parcelle de bois ou forêt.

Entre nous autant le dire tout de suite : ce n’est pas un investissement de rendement. Mais nous sommes ici dans un placement « plaisir » et de convictions qui reste une valeur refuge de diversification de patrimoine.

La rentabilité avoisine les 1,5% l’an et il faut entretenir la parcelle acquise.

Toutes les forêts ne se valent pas : question de « peuplement », pins ou chênes centenaires ; configuration du terrain : plat ou en pente ? Le prix de l’hectare avec une moyenne aux alentours de 4 000 euros varie régionalement et selon ses perspectives de rentabilité.

La gestion d’une forêt ne s’improvise pas, quand bien même une parcelle est un investissement relativement sûr à très long terme.

Les sources de revenus sont principalement les coupes mais elles ne peuvent être faites qu’à des intervalles très longs, et ensuite il y a le reboisement. Autres revenus : la location aux chasseurs. En réalité nombre de parcelles sont mises gratuitement à disposition.

Sur le plan fiscal pour les acquisitions de moins de 4 hectares le Defi-forêt (Dispositif d’Encouragement Fiscal à l’Investissement), octroie une réduction d’impôt sur le revenu de 18% de la mise dans des limites de montants pour l’achat et pour certaines dépenses d’amélioration et travaux.

Seuls 25% de la valeur de la forêt sont déclarés à l’ISF, soit une exonération de 75%. Si l’ISF perdure. Même avantage en matière de succession et de donation, à condition de s’engager pour une période de trente ans à pratiquer une gestion « durable » du bien reçu.

Une alternative intéressante à l’achat en direct d’une forêt : investir dans un groupement foncier forestier (GFF) en achetant des parts.

Avantages : ni souci ni contraintes de gestion de la parcelle (entretien, coupe, vente du bois), une part du rendement des parcelles détenues est reversée au prorata de l’investissement. Un risque de perte limité avec un ticket d’entrée accessible : il débute à 500 euros et peut aller jusqu’à 50 000 pour d’autres

L’intérêt de l’investissement forestier réside aussi dans ses avantages fiscaux. En souscrivant en des parts de Groupement Foncier Forestier, vous bénéficiez : d’une réduction d’impôt sur le revenu pour la souscription de parts de GFF, de 18 % du prix d’acquisition dans une limite annuelle. En contrepartie, vous devez vous engager sur la conservation des parts au moins 8 ans (à défaut, vous devrez rembourser la réduction d’impôt).

Par ailleurs au titre de l’ISF la réduction existe mais elle est plus limitée sur les premières années que la détention en direct.

Pour clôturer le tout, les parts de Groupement foncier forestier bénéficient d’une exonération partielle de droits de donation et de succession.

Investir dans une parcelle de bois ou de forêt en direct ou par le biais de parts fait de vous le propriétaire d’un actif tangible, décorrélé des marchés financiers. Nous sommes ici dans la notion de valeur refuge.

Par Patrice Leleu

Photo de M. Patrice Leleu

Ouvrages de Patrice Leleu aux éditions Arnaud Franel :
Réussir le montage de sa SCI
Réussir la construction de sa maison
Réussir son achat immobilier

(Article vu 59 fois, 2 visites aujourd'hui)
Share

A propos de l'Auteur :
25 ans d’expérience dans le domaine bancaire. Conseiller financier puis expert financier et formateur consultant dans un grand groupe bancaire. Conception et dispense de sessions de formation. Domaines de prédilection : financement de l’immobilier, habilitation carte professionnelle assurance, droit bancaire, fiscalité, analyse patrimoniale. Formateur des conseillers spécialisés en immobilier. Auteur d’ouvrages et d’articles dans le domaine de la gestion de patrimoine. Aujourd’hui se consacre à la finance en indépendant.

Got Something To Say:

Votre adresse eMail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*