La monnaie des libérateurs

Imaginez que vous êtes le libérateur d’un pays (ou le conquérant, mais cela se fait de moins en moins). Ce pauvre pays est depuis 5 ans sous le joug d’un pays avide et prédateur. Son administration a parfois pactisé avec l’occupant. Celui-ci a partiellement démembré sa proie et y a implanté ses moyens de paiement chassant par là-même l’ancienne monnaie, celle d’avant l’occupation, quand la paix régnait encore. La monnaie d’autrefois a été remplacée par de nouvelles monnaies à l’effigie de nouveaux gouvernants.

Toute ressemblance avec des faits réels doit naturellement être écartée.

Donc, vous libérez cet infortuné pays. Mais voilà que les questions d’intendance débarquent. Il faut approvisionner vos troupes en vivres, il faut installer des hôpitaux, payer les services médicaux, de construction, d’électricité etc. Comment faire ? Sachant que vous ne voulez pas vous appuyer, dans un premier temps, sur les ressources de cette nation que vous venez de libérer. Vous craignez les détournements, les abus, les émissions incontrôlées. Vous voulez que le pouvoir monétaire ne soit restitué à la nation libérée que lorsque vous aurez acquis une pleine confiance dans la légitimité et l’autorité recouvrées des institutions remises en place.

Le Franc de Philadelphie

Alors, vous allez vous-mêmes vous préoccuper d’apporter les moyens de paiement courants nécessaires à la vie de ce peuple dont vous avez brisé les chaînes. Vous allez créer une monnaie « libératrice », une « monnaie de la libération ». Vous aimeriez savoir où et comment une monnaie de la libération a pu être imaginée et mise en œuvre ? Il suffit de vous reporter dans mon ouvrage « La monnaie : entre humour et simplicité » en son chapitre 22 : « Connaissez-vous le Franc de Philadelphie ? »

N’hésitez pas à poursuivre votre enquête : la monnaie des libérateurs a-t-elle quelque chose à voir avec la monnaie obsidionale ? Aucun, vous vous en doutez. L’une est, d’une certaine façon, l’inverse de l’autre. Je vous mets sur la piste ? La dernière monnaie obsidionale émise en France, le fut à Belfort. Vous ne trouvez pas ? La réponse se trouve au chapitre 20 : « Monnaie de singe ou monnaie de siège ».

 

Par Pascal Ordonneau

Photo de M. Pascal Ordonneau

Ouvrages de Pascal Ordonneau aux éditions Arnaud Franel :
La monnaie entre simplicité et humour
Monnaies cryptées et blockchain
Des monnaies cryptées aux ICO

(Article vu 23 fois, 2 visites aujourd'hui)
Share

A propos de l'Auteur :
Pascal Ordonneau, banquier, a été DG et PDG de banques françaises, anglaises et américaines. Il est SG de l’Association « Iconomy ». Auteur d’une dizaine d’ouvrages parmi lesquels cinq livres d’économie et de finance, il est chroniqueur aux Échos, au Huffington Post et conférencier (monnaies cryptées et Allemagne).

Got Something To Say:

Votre adresse eMail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*