Foires aux vins : toujours une bonne affaire ?

A chaque rentrée, les grandes surfaces, cavistes et autres vendeurs de vin rivalisent pour attirer l’amateur à sa foire aux vins. Comme argumentaire, des prix imbattables et une sélection large, originale, qualitative… Aujourd’hui, trois décennies après la première foire, c’est un événement incontournable. Mais s’agit-il encore d’une affaire aussi intéressante que tous le proclament ?

Une pléthore de choix

Les GMS, les sites internet, les chaînes de cavistes, les cavistes individuels, les discounters, les magasins bio, les commerces de proximité… tout le monde propose une foire, et non seulement en automne mais au printemps également. L’amateur ne manque pas de choix ! Alors, votre revendeur préféré fait-il un effort qui mérite réellement votre attention ?

Personnellement, ces dernières années j’ai trouvé l’offre de certains revendeurs peu convaincante : peu de renouvellement, peu d’efforts en ce qui concerne la sélection, j’ai vu les mêmes produits proposés d’année en année, et beaucoup de produits référencés toute l’année simplement dépoussiérés et mis en avant au prix habituel.

Les millésimes peu cotés

Chaque décennie à Bordeaux produit quelques millésimes décevants, qui s’écoulent lentement dans les foires aux vins. Encore beaucoup de 2013, 2012, des 2011, tous des millésimes mis sur le marché à des prix élevés tenant compte de leur qualité intrinsèque. Cependant… chaque millésime a ses pépites, même si de longévité faible, on peut donc y trouver son bonheur, à condition de comparer les prix. Quand aux grands millésimes (2010, 2009, 2005…), la demande en fait des vins rares et chers.

Gare aux promos internet

Certains sites internet offrent des promos (non seulement lors de foires) affichant un pourcentage de réduction sur le « prix du marché ». Attention, parfois ce prix est le prix le plus cher qu’on puisse trouver, donc une réduction n’est pas forcément une affaire. Pas de mensonge, mais c’est trompeur, donc ne vous laissez pas piéger !

En résumé…

Malgré les commentaires ci-dessus, on peut encore dénicher de belles affaires dans les foires, en prenant quelques précautions :

  • Se faire inviter aux soirées d’inauguration, lors desquelles beaucoup de vins sont mis en dégustation ;
  • Fréquenter les magasins qui ont consacré de réels efforts à proposer une gamme intéressante ;
  • Comparer les prix, surtout des bordeaux. On trouve souvent les mêmes vins et millésimes dans plusieurs enseignes, la concurrence est donc rude ;
  • Les millésimes peu cotés produisent toujours des pépites. Lire les analyses du millésime dans les revues, car les meilleurs vins peuvent être intéressants, et disponibles ;
  • Ne pas traîner. Les meilleures affaires disparaissent vite – achetés non seulement pas les particuliers mais aussi par les pros qui ont identifié la possibilité de revente à profit ;
  • Quand le catalogue mentionne le nombre de bouteilles disponibles, sachez qu’il s’agit du stock au central d’achat et non pas à votre magasin.

Par James Turnbull

(Article vu 16 fois, 16 visites aujourd'hui)
Share

A propos de l'Auteur :
Il est diplômé de Wine and Spirit Education Trust de Londres. Il s’est spécialisé depuis 1980 dans la dégustation, le conseil, la formation et l’écriture. Auteur de très nombreux ouvrages (Bordeaux Grandeur Nature, Bourgogne Grandeur Nature, Vallée du Rhône Grandeur nature,Les plus grands vins de France,etc.), et articles sur les vins et alcools, consultant vinicole auprès de grands restaurants et de cavistes renommés, et membre de l’équipe de dégustation de Gilbert et Gaillard, James Turnbull vit en France depuis près de 30 ans. Animateur de séminaires de dégustation et de voyages de découverte pour oenophiles il ne cesse de passionner oenophiles et professionnels.

Got Something To Say:

Votre adresse eMail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*